À propos

À propos

En 1913, le Bureau de Poste Station F voit le jour grâce à la vision de l’architecte David Jerome Spence. Cent ans plus tard, l’édifice situé au 1700 rue Notre-Dame Ouest est entièrement restauré grâce au financement privé de Madame de Mévius et à la vision singulière de feu l’architecte Luc Laporte, qui signera sa dernière réalisation avec ce projet d’envergure. 

Le 1700 LA POSTE est un lieu privé consacré aux arts visuels et à ses enjeux discursifs ; un lieu qui proposera des événements sous forme d’expositions et de conférences. 

Il suffit d’identifier les lieux [que Luc Laporte] a créés pour y reconnaître son esprit : son sens de l’espace, la lumière naturelle invitée par des ouvertures et des verrières, son subtil dosage de tradition et de modernité, sa sélection méticuleuse des matériaux.

Crédit photo :
Alain Lefort

Textes :
Luce Lafontaine

Exposition

Violette Dionne


Cocyte inc.
Sculptures

Du 27 mars au 31 mai 2014

Pour sa deuxième exposition, le 1700 La Poste est heureux d’accueillir dans ses espaces les œuvres de la sculpteure québécoise Violette Dionne.

L’exposition Cocyte inc. se veut un commentaire sur notre époque et ses mécanismes, à la lumière des temps anciens et sur ce qu’ils peuvent nous donner à réfléchir nos problématiques sociales actuelles. D’où le titre satirique de cette exposition qui rappelle la chosification (inc.) du sacré (la mythologie grecque voulant que Cocyte soit un des principaux fleuves des enfers). Une démarche, donc, à mi-chemin entre le mythe et le réel  ; une invitation à plonger dans un monde se situant au carrefour de l’irrévérence et de la délicatesse d’un regard humaniste sur les corps en action.

Biographie
1 de 2

Violette Dionne est née en 1959 à Québec. Elle complète une Maîtrise en arts plastiques à l’Université du Québec à Montréal en 1988. Au cours de séjours en Europe, elle se familiarise avec l’art roman et gothique dont elle s’inspire abondamment jusqu’au milieu des années 1990, prenant par exemple plaisir à pasticher la statuaire religieuse (Travers saints, Galerie Optica, 1988). Son art traite de l’humain et cherche à le représenter en mêlant gravité et humour (Toutes proportions perdues, Galerie d’art d’Outremont, 2002). Sculpteure polyvalente, elle a travaillé le bois, la pierre et le béton avant de s’adonner presque exclusivement à la céramique. Au cours des quinze dernières années, l’artiste a réalisé nombre d’œuvres d’art public.

Biographie
2 de 2

De 1988 à 2010, son travail a fait l’objet d’une dizaine d’expositions individuelles. Ses œuvres ont en outre été montrées au Canada, en France et en Suisse. Sa plus récente exposition, Figures anciennes et nouvelles, a eu lieu au Musée des maîtres et artisans du Québec (Montréal, 2013). L’artiste vit et travaille à Montréal, où elle donne des cours de sculpture à de petits groupes d’élèves dans son atelier.

Démarche

Les sculptures — mariant tuyaux, bouches et prises d’air dans divers assemblages des corps entre eux — aménagées sur du mobilier en acier ajouré, loin de répondre à une logique aléatoire, sous-tendent au contraire une réflexion ontologique d’importance pour l’artiste : en se référant notamment au mythe de l’enfer et à sa riche iconographie, Violette Dionne propose une vision du monde actuel écartelée entre la valeur des gestes primitifs et les effets pervers de leur réactualisation, c’est-à-dire de leurs mises en forme contemporaines.

Du 27 mars au 31 mai 2014
Entrée libre du mercredi au samedi, de 11 h à 17 h
Le vernissage aura lieu le jeudi 27 mars à 18 h en présence de l’artiste.

Téléchargez le communiqué
Téléchargez l’invitation

Presse

Violette Dionne : sculpter la céramique

Le Devoir, 7 avril 2014, Paul Bennett

/

En entrant dans la vaste salle du 1700 La Poste consacrée à la récente production de Violette Dionne, on a d’abord l’impression de se retrouver devant une suite de sculptures en pierre ou en bronze, évoquant les hauts-reliefs des temples grecs et romains, ou encore les sculptures votives de taille modeste enfouies dans les tombeaux antiques...

Hommage à Louis-Pierre Bougie, poète du trait

Le Devoir, 4 novembre 2013, Paul Bennett

/

La nouvelle mécène du milieu de l’art montréalais, Isabelle de Mévius, a causé la surprise en inaugurant ce qu’elle appelle sa « maison », le 1700 La Poste, avec la rétrospective...

Pourquoi ne pas changer le nom de la rue de Bleury ?

Blogue La Presse, Samedi 28 septembre 2013, François Cardinal

/

Gary Carter a sa rue, mais pas David Jerome Spence. Pas étonnant, direz-vous, il ne reste qu’une poignée de personnes se souvenant de l’architecte David Jerome Spence. Il est tombé dans un grand trou de notre mémoire collective. Et ce, les amateurs de baseball me le pardonneront, même s’il a laissé à Montréal un legs bien plus important que le receveur des Expos…

100-year-old post office converted to arts centre

CBC Radio, Jeudi 26 septembre 2013, Entrevue Audio avec Jeanette Kelly

/

A growing number of private individuals are making big contributions to Montreal's art scene.We could call them modern-day patrons of the arts.Now there's another new player on the Montreal scene. Isabelle de Mévius, originally from Belgium, is heiress to a family fortune thanks their brewing business, Stella Artois.

Nouvelle tribune pour les créateurs

La Presse, Lundi 23 septembre 2013

/

La diffusion de l'art a besoin dêtre épaulée. Avec cet objetif en tête, Isabelle De Mévius a mis sur pied le 1700 La Poste, un centre d'art à vocation non-commerciale afin d'aider les artistes de Montréal et de tout le Québec a présenter leurs oeuvres.

Une nouvelle mécène pour les arts à Montréal

La Presse, 19 septembre 2013, Nathalie Petrowski

/

Les temps sont durs pour Postes Canada. Faute de clients, les bureaux de poste ferment les uns après les autres. Mais ces morts se muent parfois en petits miracles. C'est le cas d'un ancien bureau de poste de Griffintown. Dessiné par l'architecte de l'Hôtel de Ville de Montréal, David Jerome Spence, l'édifice centenaire renaîtra aujourd'hui de ses cendres et offrira aux Montréalais un magnifique lieu d'exposition, le 1700 La Poste, situé au 1700, rue Notre-Dame Ouest, à trois coins de rue de l'Arsenal et du marché Atwater.

Le 1700 La Poste : le rêve d’une mécène

Le Devoir, Mardi 17 septembre 2013, Isabelle Paré

/

Griffintown accueillera bientôt le 1700 La Poste, nouvel écrin pour l’art métamorphosé grâce à l’impulsion d’une Belge amoureuse de culture qui voit dans Montréal une ville
« où l’on peut oser. »

Contact

Heures d'ouverture*
Mercredi au samedi, de 11 h à 17 h
Ou sur rendez-vous
Entrée libre



*Pour les visites de groupe, veuillez
nous contacter au 438.384.1700 ou via info@1700laposte.com.

Pour rester à l'affût de nos événements:


Isabelle de Mévius
Directrice générale et artistique
isabelle@1700laposte.com
Roger Lupien
Directeur administratif
roger@1700laposte.com
Relations de presse
514-458-8355
rosemonde@rosemondecommunication.com